• aucun commentaire
  •      Nous sommes la première semaine de septembre, le lundi de la rentrée scolaire pour être exacte. Je suis la papa de deux enfants qui font leur rentrée dans une nouvelle école, je les y accompagne. Voila 8h45 la sonnerie retenti les enfants entrent dans leur classe, moi je tourne les talons et retourne dans ma voiture.

     

    Mon téléphone vibre, un message « Tu es garé où? » je réponds que je suis stationné juste au dessus de l’école. Je suis rejoins dans ma voiture par Stéphanie. Elle a 33 ans, blonde au yeux verts, avec de merveilleuses formes. Nous avons prévue de passer la matinée ensemble.

         Sophie ne vit pas seul, elle a un enfants qui a fait également sa rentrée dans l’école de mes enfants. Nous nous sommes rencontré il y a un an mais elle voyait déjà un autre homme et elle préféra mettre un termes à notre début d’histoire pour se centrer sur son histoire avec M. Il y a deux semaine je suis aller à la piscine avec mes enfants et nous nous sommes aperçu, je n’ai rien dit rien fais. La semaine dernière c’est elle qui m’envoie un message sur une application de messagerie instantanée, j’ai été surpris car cela fait 6 mois que je n’avais plus de nouvelle d’elle. Nous avons donc commencer à discuter, Sophie m’explique qu’elle pense beaucoup à moi et que je lui manque. Etant en vacances cette semaine de rentrée je lui dit que je suis disponible. D’elle même Sophie me propose que l’on se voit. Rendez-vous est pris pour ce jour, lundi.

         Sophie s’assoit à mes coté dans la voiture, une bise puis deux qui en disent long sur notre état réciproque. Je suis heureux de l’avoir à coté de moi, son parfum m’enivre. Nos regards se croisent et se recroisent. Le temps de trajet pour aller chez moi semble interminable. J’accélère, ses mains commencent à se promener sur moi. Elles parcourent mes cuisses, essayent de se frayer un chemin entre mes cuisses mais conduisant elles ne trouvent aucunes ouvertures.

         Nous arrivons à mon appartement, j’ouvre la porte d’entrée fébrilement. Je suis excité, j’ai envie de lui sauter dessus. Cette porte se referme, Sophie est déjà au salon sans ses chaussures, sa veste posé sur une chaise. Je n’ai pas le temps d’enlever mes chaussures qu’elle me saute dessus. Elle m’embrasse sans relâche, ses mains se collent aux miennes, mon boxer se tend. Je crois qu’elle l’a senti. Elle m’emmène dans ma chambre, j’ai l’impression de vivre un rêve. Sophie s’assoit sur mon lit, fait voler mon t-shirt à travers la chambre, sans faire de pause défait mon pantalon dévoilant une bosse sous mon boxer. Sophie plante son regard dans le miens et me lance un regard qui en dis long tout en faisant glisser ce boxer tendu sur mes cheville à l’aide de ses mains. 

    Me voilà nu comme un vers, la verge droite comme un I. Ma belle partenaire embrasse cette verge au harde à vous pour elle, elle la couvre de bisous, caresse mes bourses de ces mains. J’ai envie d’elle, j’ai envie de l’embrasser. Je suis au bord de l’explosion, je lui dis d’arrêter car je vais jouir. Une simple réponse sors de cette merveilleuse bouche « Vas y je veux te voir jouir tu m’as manqué » puis elle remis cette dernière sur ma verge pour la sucer lentement. Ça ne dura pas longtemps car très peu de temps après sa reprise de caresse j’explosa dans sa bouche. Sophie s’en délecta avant d’avaler.

         À mon tour de m’occuper d’elle, je fais donc voler son décolleté pour découvrir une poitrine libre de soutien-gorge. Ses tétons sont dressé, durs. Je l’invite à s’allonger sur mon lit, ce qu’elle fait sans se faire prier.

    Sophie est allongé sur mon lit poitrine nu, tétons dressé ne demandant qu’à être manger. Je lui ôte son pantalon puis son string. La voilà entièrement nue sur mon lit, son pubis est épilé, ses petites lèvres laissent échapper un liquide que je connais si bien. Ma belle demoiselle est excitée et cela se voit, je pose mes mains sur elle. Je parcoure ses jambes remontant en direction de son intimité, j’y suis presque mais je ne veux pas brûler les étapes, je souhaite faire durer ce moment. Je contourne cet endroit si beau pour continuer mon chemin en direction de son ventre. Sophie frissonne, se tortille, je l’entend lâcher de petits gémissement. Ses jambes se resserrent.

    Mes mains sont arrivé sur sa poitrine, je joue avec le tétons gauche, embrasse le droit. Elle les a parfumé, ils sentent le monoï j’adore. J’inverse mes caresse pour embrasser le gauche et caresser le droit. 

         Ma belle Sophie me dit clairement qu’elle n’en peu plus mais je veux continuer à profiter de cet instant tout les deux alors je l’embrasse, mes mains glissant entre ses cuisses. Elle est trempée comme si elle sortie dune douche, mon regard se plante dans le siens. Je ne l’ai jamais senti aussi humide. j’apporte mes doigts en bouche pour la goûter. Je lui fais part de ce délice, elle me dit que cela fait trois jour qu’elle se réserve pour moi et que maintenant elle me veut en elle. mais moi je veux la manger, je souhaite poser mes lèvres sur cet intimité si humide. Je lui en fait part, sa réponse est claire « Non fait moi l’amour tu me mangera plus tard, je n’en peux plus je te veux en moi » 

    Je me met donc au dessus d’elle, mon sexe dressé se présente à l’entrée de sa vulve. Il est contre ses lèvres, j’entre en elle, doucement, tout doucement. Millimètres par millimètres je la pénètre, nous nous embrassons. Ces mains se posent sur mes fesses et sans que je m’y attende elle l’y empoignent et les tirent vers elle. C’était trop long elle souhaitait que je la pénètre d’un coup. Cette fois-ci je suis au fond de sa caverne.

         Sophie me dit « maintenant baise moi comme je le veux depuis si longuement et comme tu m’as dit par message que tu voulais le faire » Alors sur ses mots je la pénètre avec force, je la pénètre le plus profond possible. Une de mes mains caresse son clitoris ce qui décuple son plaisir. Deux semaines que nous attendons ce moments, 3 jours qu’elle n’a rien fait avec son chéri. Elle ne tarde pas à jouir. Elle joui si fort que ça coule tel une rivière, elle détrempe mon draps mais j’adore ça. Bien entendu cela me fais un tel effet que moi aussi je vais jouir, ce dont je lui fait part.

    Elle me repousse en arrière, m’invite m’allonger sur le lit et directement me suce. Elle m’astique frénétiquement accompagnant ses mains de sa bouche, je vais jouir. Je vais jouir pour la deuxième fois sous les coups de bouches de Sophie. Encore une fois je lui dit, elle ne s’arrêtent et le moment fatidique arriva. Un, deux, trois, oui trois vagues de jouissance dans la bouche de Sophie qui réceptionne tout. Sophie n’en laisse aucunes gouttes, je la voit s’en délecter. Elle lèche ses doigts, dans son regard je vois son épanouissement, je la voit heureuse. Puis elle me rejoint pour s’allonger à mes côtés.

    Sophie et moi sommes allongés l’un contre l’autre, la tête de cette dernière sur mon épaule. Nous nous caressons, nous nous embrassons. 

     

         Nous n’avons pas vue la matinée passer il faut déjà qu’elle retourne chercher son fils. Nous nous rhabillons, nous entassons une dernière fois. Je l’embrasse et elle me le rend bien puis nous prenons la direction de la voiture pour retourner vers l’école. Un dernier au revoir et elle me promet que nous nous reverrons très vite. 

    aucun commentaire
  • Célibataire depuis 1 ans et souhaitant profiter de la vie, découvrir de nouvelles choses je me suis incertitude sur un site libertin. Je me prénomme Steven j’ai 35 ans et je me suis inscrit en tant qu’homme bisexuel.

     

    Je recherche des rencontre avec des couples bi ou non ainsi qu’avec des femmes. Je découvre qu’il est difficile pour un homme seul de rencontrer mais un couple me réponds et nous entamons donc la conversation.

         Il s’appelle Pierre et elle Julie, ils ont la trentaine. Pierre n’est pas bi mais souhaite découvrir cette pratique. Ils ont aucuns tabous et souhaite une relation d’amitié coquine, c’est parfait c’est ce que je souhaiterais. 

    La discussion se déroule et nous nous trouvons beaucoup de points communs, l’envie de nous rencontrer naît petit à petit, nous ouvrons nous albums privés respectifs et validons que nous nous plaisons respectivement. Rendez-vous est pris pour une rencontre le samedi soir suivant.

     L

         Déjà quelques jours que nous discutons, quelques jours que nous nous échangeons des photos. Ce samedi je me réveille avec sur mon téléphones des photos de Pierre et Julie que je n’avais pas vu. Je vois Julie sucer Pierre, la queue de Pierre dure comme une branche, sur la suivante Julie est à quatre pattes sur le lit nue vue plongeante sur son minou qui me semble si délicieux. Sous ma couette mon corps se durci, il fait chaud je dors donc nu. J’enclenche le mode photo sur mon smartphone, soulève la couette et prend une photo de mon état  pour l’envoyer à Pierre et Julie. Mon sexe est bien droit, au garde à vous, grâce aux photos de ce magnifique couple. J’ai envie de me caresser en m’imaginant avec eux. Je commence donc à faire parcourir mes mains sur mon corps.

         Elles descendent jusqu’à arriver sur mon sexe, elles l’enserrent et commencent des mouvements de haut en bas. Je sens mon corps parcouru d’une chaleur que je connais si bien. Je viens de me réveiller mais je suis déjà dans un état d’excitation extrême. Je sens mon jus parcourir ma verge, il monte de mes bourses parcourant lentement la longueur de ma verge. Je sens mon gland s’ouvrir et de ce dernier sort en un jaillissement puissant mon sperme chaud. Je viens de jouir et je me sens soulagé. J’envoie une dernière photo à Pierre et Julie pour le montrer dans quel état leurs photos m’ont mises. J’ai rendez vous avec eux à 19h ce soir.

     

         Il est temps de prendre la route direction un département voisin. Je suis douché, parfumé et prêt pour cette rencontre non sans un petit peu de stress. La route est bonne, ça roule bien j’arrive chez eux au bout de 1h30. Me voilà devant eux, ils correspondent parfaitement aux photos. Mon corps est déjà envahi d’une grosse vague de chaleur, Monsieur serre un apéro qui fait du bien vue la chaleur. Nous discutions un peu, madame est assise entre Pierre et Moi, les regards se croisent. Nos regards sont sans ambivalence, ils disent tout. Les mains se rapprochent, frôlent nos corps sans oser se toucher. Nous continuons de discuter de tout, je commence vraiment à avoir chaud dans la chemise et mon short. Julie porte une magnifique robe qui cache peu son divin corps, Pierre lui est torse nu avec un short. Nous avions dis rencontre simple et sans chichi.

    Madame se lève d’un coup prétextant avoir chaud, elle enlève sa robe. Je crois que Julie vient de lancer les hostilités.

    Elle commence par embrasser Pierre qui pose ses mains sur elle puis empoignent fermement ses fesses. Je les regardent tout en enlevant ma chemise. Je vois leurs regards se diriger vers moi. Julie se redresse puis s’approche de moi, elle pose ses mains sur moi au niveau de mon short puis l’agrippant le fait descendre suivi de mon boxer sur mes chevilles. Je me retrouve nu, la verge bien droite.

         Julie s’agenouille devant moi, écarte mes cuisses pour se faufiler entre ces dernières. Ses mains se posent sur mon torse, glisse le long de mon ventre pour arriver vers cette verge bien au garde à vous devant cette belle dame.

    Tout en plantant son regard dans le mien elle accompagne ses mains avec sa bouche. Ces lèvres se posent sur mon gland, puis s’écartant glisse en direction de mes bourses tout en gobant ce gland qui commence à subir des coups de langues appuyés. Voilà sa bouche qui accueille mon sexe en entier et qui fait des vas et viens, de haut en bas. Julie suce divinement bien. Pierre lui nous regarde tout en se caressant. Mes mains caressent les seins de Julie. 

    Cette vison de Julie à 4 pattes devant moi en train de me sucer est magnifique, Pierre décide de s’installer lui aussi à genoux derrière Julie pour s’atteler à lui manger le cul, vue la réaction de cette dernière j’imagine que la langue de Pierre c’est invité sur son minou voir à l’intérieur de celui-ci. Malgré la bouche pleine nous entendons Julie gémir et la voyons se tortiller tout en gardant bien ma verge en bouche. Je sens là plaisir arrivé mais je n’ai pas envie de jouir de suite, je lui demande d’arrêter mais elle continue. Je lui dis que je vais jouir. Ça réaction me surprend quand elle me demande de me laisser aller car elle va jouir dans la bouche de Pierre et qu’elle souhaite donc que je jouisse dans la sienne. Je ne peu plus j’explose en elle par plusieurs vagues successives. Julie avale tout et nettoie même ma verge pour n’en laisser aucunes gouttes. 

    Madame s’apprête également à jouir mais souhaiterais que Pierre et moi en profitions elle se met donc debout et nous demande de nous installer sous elle. Julie se met donc à se branler et chose que je ne savais pas ne tarde pas à jouir en mode femme fontaine. Julie nous arrose, Julie remplie nos bouche de sa jouissance.

         Julie a joui, j’ai joui mais Pierre non. Julie s’installe à genoux sur le canapé et demande à Pierre de se mettre debout, sans perdre de temp elle se met à le sucer avec force. Je les regarde, Julie me lance des regards évocateurs. Je me glisse entre les cuisses de Julie pour lui procurer un long et succulent cuni pour qu’elle soit bien prête à accueillir Pierre. Je n’ai cependant pas envie qu’elle jouisse avec mes coups de langue et sentant sa jouissance arrivée je m’arrête et me faufile jusqu’à ces seins pour jouer avec ces tétons et au passage l’embrasser.  Elle attrape la queue de Pierre, s’arrête de le sucer et tout les deux échange un regard. Sans rien dire Julie présente la queue de Pierre devant ma bouche. Je ne sais que faire, je n’ose pas.

         Julie approche son visage du miens pour m’embrasser, puis me chuchote un « vas y suce la »

    Elle lâche la queue de Pierre, attrape ma queue et s’assoit dessus. C’est chaud et humide j’adore. J’ouvre ma bouche et Pierre y fait entrer sa queue. Je commence à la sucer pendant qu’il embrasse goulûment Julie qui est en train de se baiser sur moi. 

    Julie cri, elle gémit. Julie me rejoint pour que l’on suce Pierre à deux, je vois à ce regard qu’il adore cela. Il nous dit qu’il va jouir alors je m’arrête. Julie s’arrête aussi mais continue ces vas et viens sur ma queue. J’ai envie de jouir également tellement ce couple est excitant. Je leur dis.

         Julie s’arrête et invite Pierre à s’installer derrière elle. Elle nous demande de la prendre en double vaginal. 

    Lorsqu’on faisait connaissance Julie m’avait expliqué que c’était une envie qu’elle avait. Étant une première Pierre me rejoins en elle doucement. Je sens sa queue glisser contre la mienne, il l’a pénètre doucement. Nous voilà tout les deux au fond d’elle. Julie nous demande de commencer à la baiser. Alors doucement nous commençons nos vas et viens et à entendre Julie cela à l’air de lui plaire. 

    Nous sommes tous dans une excitation indéfinissable, Julie nous cris qu’elle va jouir, Pierre lui répond que lui aussi va exploser. Bien entendu je les préviens que moi aussi. Nous continuons nos vas et viens quand soudain je sens un flot d’humidité qui est, à entendre les cris de Julie, la jouissance ce celle-ci. Je sens Pierre exploser au fond de ma chatte de Julie. Plus personne ne bouge, le minou de Julie n’arrête pas de se contracter et se décontracter, la verge de Pierre lâche sa semence telle des coups de fusils. Et moi? Moi j’explose dans un râle au fond de ma capote. J’ai l’impression de nos jouissance respectives ne s’arrêteront jamais et pourtant nous voilà tout les trois les uns contre les autres heureux de ce moment. 

     

    Pierre se retire de Julie, j’en fait de même puis nous nous asseyons toujours Julie entre nous. Nous trinquons à cette magnifique rencontre et surtout à ce super moment qui, nous nous l’assurons, se renouvellera bientôt.

     

    aucun commentaire
  • La rencontre.

     

         C’est le grand jour, aujourd’hui je la rencontre. Cela fait une semaine que nous discutons. J’ai fait la connaissance sur un site de rencontres, nous avons tout de suite accroché car nous avions les mêmes attentes les mêmes « délire » aujourd’hui nous sommes vendredi et ce soir nous avons prévu de nous rencontrer

         Son prénom est Sophie, elle a 33 ans, elle habite Lyon et comme moi elle a une petite fille. Moi c’est Jérôme 30 ans, célibataire depuis six ans, j’ai un petit garçon. Nous recherchons tous les deux une relation sérieuse, une relation simple avec des projets et une vie à deux.

    Je stresse de plus en plus, je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit. Je suis réveillé depuis cinq heures, je tourne et retourne dans mon lit je ne pense qu’à cette rencontre. Nous avons convenu qu’elle viendrait à la maison pour boire un verre et puis si l’entente se confirme manger ensemble. Journée avance nous nous écrivons, nous sommes aussi excité l’un que l’autre de cette rencontre, nous sommes impatients de nous retrouver ce soir.

         Leur fatidique arrive, il est 18 heures, je stresse je vérifie que tout est en place et que l’appartement est propre, dernière vérification des vêtements, du parfum, l’interphone retentit. C’est elle, elle est derrière ma porte. Trois, deux, un. Ça y est j’ai ouvert la porte, nous nous retrouverons face a face. Elle s’approche de moi nous échangerons une embrassade, immédiatement elle me met à l’aise. Nous nous installons sur le canapé pour discuter et faire connaissance de vive voix, je lui sers un premier vers de wiskhy coca et je l’accompagne, l’atmosphère se détend rapidement.

         Je cela fait déjà deux bonnes heures que nous discutons, que nous rigolons. Nous nous sommes rapprochés physiquement, l’écart entre nous se réduit. Mon cœur bat à la chamade, mes mains sont un peu moites, j’ai envie de l’embrasser, j’ai envie de la toucher. Je n’ose pas, je ne voudrais pas la brusquer. Tout de go elle m’avoue que je lui plais énormément, je lui répond qu’elle aussi. J’imagine que ce serait le moment de l’embrasser mais je ne sais pas. Je ne sais plus quoi faire je ne sais plus quoi dire, je reste bête devant elle nous en plus bouger n’arrivant plus à parler. Soudain c’est elle qui bouge.

         Sens que je vais m’y attendent vraiment Sophie s’est rapprocher de moi plus que je ne m’y attendais, nous nous sommes retrouvés lèvres contre lèvres. Oui Sophie a fait le premier pas, elle est venu m’embrasser. C’est lèvres sont douces, son parfum m´ennivre. Je lui rends son baiser, nous nous embrassâmes un long moment, je ne veux pas que ça s’arrête alors je la sers contre moi. Mais bras l’enlacent, mes main se posent sur son visage, je parcours ce dernier, je lui rends son baiser, nous nous embrassâmes un long moment, je ne veux pas que ça s’arrête alors je la sers contre moi. Mais bras l’enlacent, mais main se posent sur son visage, je parcours ce dernier. Sophie en fait de même, je sens ses mains qui parcourent mon dos puis remontent pour arriver au niveau de ma nuque, puis je les sens caresser mon visage. Nous nous enlaçons tout en nous embrassant encore un long moment. Soudain elle s’arrête, plante son regard dans le miens. Une vague de chaleur m’envahie, depuis que nous avons commencé à nous embrasser mon caleçon c’était tendu et il me semble qu’elle s’en aperçue. Nous nous regardâmes un long moment sans rien dire jusqu’à ce moment précis.

         Elle baissa son regard pour le diriger au niveau de mon entre-jambe puis le remonta pour me regarder droit dans mes yeux. Ses mains lâchent mes mains pour venir se poser sur mon corps, elles les posa sur mon torse, descendit sur mon ventre pour arriver au niveau de ma ceinture et enfin se posa sur cette bosse. Cette vague de chaleur qui m’avait envahi s’intensifie. «Je suis heureuse de te faire cette effet, fais moi découvrir ta chambre car tu ne me laisse pas indifférente » me dit-elle

    Je l’attrape donc par les mains pour l’emmener dans ma chambre, nous nous retrouvons dans le noir. Elle prend les devants, se jette sur moi pour m’embrasser. Elle enlève mon t-shirt pour le faire voler à travers la chambre. Puis m’embrasse le cou, descend sur mon torse, jour un peu avec mes tétons. Je les sens très dur tout comme mon entre-jambe. Elle descend encore. Elle est sur mon ventre, ses mains qui parcouraient mon corps se posé sur ma ceinture. Elles défont ce bout de cuire, défont le premier bouton, le deuxième, le troisième. Mon pantalon est complètement ouvert et descend le long de mes cuisses puis de mes mollets aidé par les mains de Sophie. Je lève un pied puis l’autre pour l’enlever complètement, il rejoint mon t-shirt. 

    Son visage se retrouve au niveau de la bosse que crée mon sexe à travers mon boxer. Elle fait tomber doucement mon boxer au sol. Mon penis est libéré, droit, dresser face à son visage. 

         Les mains de Sophie se pose et enserre mon sexe bandé. Ses lèvres embrassent ce dernier. Elles embrassent mon gland, elles embrassent ma verge de haut en bas. Je suis encore debout, elle est à genoux. Elle se relève. Sophie se déshabille. Je découvre à travers la pénombre une magnifique poitrine. Elle me pousse sur le lit, je m’allonge. Elle me rejoint.

    Nous sommes allongé sur le lit, nu. Elle vient au dessus de moi, mon sexe au garde à vous effleure son intimité. Elle l’attrape de ses mais pour le plaqué sur mon ventre. Elle vient appuyé son minou dessus puis commence à se frotter contre ma queue. Elle fait quelques vas et viens puis descend. 

         Sophie recommence ses bisous sur ma verge. Ses mains accompagnent à nouveau ses lèvres. Ses lèvres s’ouvrent pour embrasser goulûment mon gland et glisser ensuite le long de cette verge au garde à vous depuis maintenant très longtemps. Elle entame une fellation divine. Je n’en reviens pas car elle m’avait dis que rien ne se passerai et pourtant elle est là, chez moi, dans mon lit, nue en train de me sucer.

    Je suis excité depuis tellement longtemps que je sens déjà le jus monter sous ses coups de langue, je le retiens car je n’ai pas envie que ça s’arrête si vite. Je lui demande donc de ralentir sinon je vais jouir rapidement. Que néni elle accélère, ses mains me branlent vigoureusement, sa bouche accélère les vas et viens de haut en bas. Je n’en peux plus je lui dis que je vais jouir, là sauce est prête à jaillir. Elle accélère encore, enfonce mon gland au fond de sa gorge, elle continue à me branler. Elle doit sentir le jus monter le long de ma verge. Je me crispe et dans un râle de jouissance je me répand au fond de sa gorge. Une première vague l’envahit, puis une deuxième, une troisième, une quatrième. Elle avale encore et encore, elle lèche ma queue pour n’en laisser aucunes gouttes. Essuie des lèvres de ses doigts et enfonce ses derniers dans sa bouche pour se délecter de mon sperme. Elle remonte vers moi, ses seins et plus précisément ses tétons effleurent mon ventre et mon torse. Elle couvre mon ventre, mon torse de bisous. Ses bisous dans le cou me font frissonner. Nous nous embrassons, nous enlaçons. J’ai encore envie d’elle.

         Je l’embrasse, mes mains parcourent son corps commençant par son dos. Je caresse le haut de son dos, puis je descend, je descend encore. J’arrive au creux de ses reins, puis sur ses fesses. Son cul est ferme, rond, agréable à palper. Je le malaxe fort pour doucement. J’attrape Sophie par les hanches et tout en l’embrassant je la retourne sur le dos. J’embrasse son cou, je la sens frissonner. Elle gémit un petit peu. Je descend et m’attarde sur son seins gauche, son tétons gauche. Ce dernier est dur, dressé. Sophie se tortille, Sophie gémit, ses mains passe dans mes cheveux. J’abandonne ce seins gauche si délicieux pour rejoindre le droit. Son téton et toit aussi dur et dressé que le gauche. Sophie se tortille toujours, Sophie a toujours ses mains dans mes cheveux. Je joue avec ce tétons, elle se crispe. «Elle va jouir? » Elle devient raide, tendu et d’un coup, dans un crie qui me surprend, elle joui. J’imagine qu’elle est en train de jouir car son corps se détend d’un seul coup.

    Je relève là tête et dans la pénombre je distingue ses yeux qui le regardent. « Continue me dit-elle »

          Je continue donc mon chemin. J’arrive sur mon joli petit ventre, descend encore pour arriver sur le pubis. Un pubis lisse. Je contourne sa vulve par la gauche. J’embrasse et lèche son aine, continue ma route le long de sa cuisse. Je descend, je descend encore. Me voilà au niveau de son pied gauche.

    Je suce un petit peu son orteil, ça n’a pas l’air de la laisser indifférente. Je passe au pied droit, et remonte le long de son mollet droit, sa cuisse droite. J’arrive dans l’aine droite, elle se tortille et je la sens frissonner. Doucement je me rapproche de sa vulve. Je sens la chaleur qu’il s’en dégage, je commence à sentir son humidité.

         Ma langue frôle son minou, j’effleure son clitoris qui est déjà extrêmement dur et gonflé. Je sens ses mains dans mes cheveux. Alors que j’effleure toujours son clitoris puis ses petites lèvres, c’est elle qui me plaque le visage sur son bouton d’or. «Mange là moi j’en peu plus »

    Je l’écoute, surpris et m’exécute. Je pose ma langue fermement sur son clitoris pour jouer avec. Je lui donne des coups de langue comme si je jouais avec un chewing-gum. Sophie crie, Sophie se tortille. Je délaisse son bouton d’or pour insérer la langue entre ses petites langues, je commence une douce et lente pénétration. Elle est humide, ça coule encore tel un petit ruisseau. Ma langue est en elle, sa cipryne entre dans la bouche. Elle est chaude, sucrée et tellement délicieuse. J’alterne entre sa chatte trempée et son clitoris. Je veux la sentir et l’entendre jouir sous mes coups de langue alors je continue encore et encore. 

    Son corps se crispe, Sophie gémit de plus en plus, elle se tortille. Avec ces mains elle maintient mon visage entre ses cuisses. J’accélère petit à petit mes mouvements, j’attrape ses hanches pour réduire ses mouvements et pouvoir profiter pleinement de cette chatte. 

    Sophie se crispe tellement que je sens qu’elle va jouir alors j’accélère encore le mouvement. Et ce moment arrive, celui que je voulais, celui que Sophie voulait. Elle joui. Elle joui encore et encore, elle éjacule littéralement. Je veux en profiter alors je vais vite mettre ma bouche devant l’entrée de sa vulve et j’avale, je bois son jus de plaisir.

         Sophie m’a fait jouir, je l’ai fais jouir également. Je remonte à son niveau, nous nous enlaçons un moment. Nous nous embrassons, nous caressons. «J’ai faim» me dit-elle, nous nous levons tout en restant nu et cherchons dans le frigo quelque chose à manger. Nous nous installons dans le canapé et grignotons un morceau. Je luis propose de rester dormir ce qu’elle accepte.

     

     

         Après ce petit repas avec Sophie nous décidons de regarder un film sous un plaid, et oui nous ne nous sommes toujours pas rhabillé. Mais cela est-il nécessaire?

    Je lance donc un film, nous somme collé l’un à l’autre nu. Je suis derrière elle, contre son dos. Son parfum m’ennivre, ses fesses sont appuyé contre mon sexe. Elle est si excitante que ce dernier se met à durcir. Elle me sent forcément. J’ai envie d’elle.

    Mes mains commence à lui caresser le dos, la nuque, les côtes, les hanches, les fesses. Je remontes mes mains en l’effleurant ce qui a pour effet de la faire frissonner. Tout en la caressant de mes mains je l’embrasse dans le cou. Elle se retourne face à moi et m’embrasse. Nous nous embrassons, nous caressons. Elle monte sur moi, se colle à moi, ses mains parcourent mon corps, les miennes en font de même sur le sien. Je sens ses tétons contre mon torse, que c’est excitant. Mon corps est envahi de chaleur.

          Une de ces mains attrape mon sexe et le présente à l’entrée de sa vulve souintante de plaisir. Mon gland est appuyé à l’entrée de sa chatte et doucement elle le fait pénétrer à l’intérieur. C’est chaud, humide. Elle l’enfonce doucement en elle, tout doucement. Me voilà au fond de son intimité, doucement elle remonte son bassin jusqu’à quasiment sortir mon gland puis redescend et là elle commence des allers retours doucement puis plus rapide. Nous nous embrassons, nous caressons pendant qu’elle me fait l’amour. C’est tellement bon, tellement agréable. Ce moment ne doit pas s’arrêter. Ses seins frotte contre mon torse, mes mains enserrant ses fesses accompagnent le rythme de son bassins. J’entend le bruit de sa cyprine qui se répand sur ma queue, son ventre claquant contre le miens. Cet instant est magique.

         Je m’aperçois qu’elle fatigue un peu à me faire l’amour dans cette position alors je la bascule sur le dos tout en restant bien ancré en elle mais Sophie le stop. Elle me demande de me retirer de sa petite chatte. Une fois cela fait elle se met à genoux, relève son merveilleux cul que je m’empresse de dévorer. 

    «Prend moi en levrette stp et donne tout, tape au fond, fais moi crier mon beau » il n’en fallait pas plus pour m’exciter encore plus.

    Je prend place entre ces jambe et d’un coup sec je la pénètre le plus profondément possible, mon pubis claque tellement fort contre son cul qu’elle en perd un petit peu l’équilibre. « Oui comme ça » me dit-elle.

    Je l’attrape par les hanches et me met à la baiser comme elle semble le vouloir. Son cul rougis sous mes coups de reins, Sophie crie encore et encore, des flots de jouissance coulent sur le canapé. Je lui propose de ce mettre en ciseaux, elle sur le côté moi enjambant une de ses cuisse et je fait entrer doucement ma queue en elle. Cette fois-ci je la pénètre vraiment profondément. Mon pubis contre son clito, ma queue bien au chaud dans son minou. Et là je reprend mes coups de reins, cette position qu’elle m’avoue ne pas connaître la fait jouir et même éjaculer instantanément. Elle est surprise elle même par la puissance de son éjaculation. Je continue un peu et moi aussi je sens ma jouissance venir. Je lui dis que je vais jouir et Sophie me demande de lui offrir cette seconde jouissance en bouche car elle a adoré la première. Alors je me retire, et commence à m’astiquer au dessus de sa bouche. Je ne m’astiquerai pas longtemps, j’enfourne ma queue dans sa bouche et lui donne tout le sperme que j’ai en moi. Je me répand en elle en plusieurs vagues successives. 

     

         Exténué nous nous écroulons l’un à côté de l’autre, l’un dans les bras de l’autre. Heureux de cette rencontre nous nous enlaçons et continuons le film avant de peut-être aller nous coucher.

    aucun commentaire
  •      Il nous reste donc la moitié de la route à faire. Laura entame la discussion en me disant qu’elle avait beaucoup apprécié ce moment au WC je lui dis que moi aussi. Elle m’explique également qu’elle est plutôt dominatrice que soumise et aime mener les choses tant au travail sur au lit, elle continue en me disant que depuis qu’elle est célibataire elle revit. Elle peut sortir sans de compte à rendre, laisser sa sexualité s’épanouir comme elle le souhaite et que justement elle organise régulièrement des soirées coquines dans sa maison de campagne. Elle so haute d’ailleurs m’inviter à l’une d’entre elles. Rendez-vous est pris. Le trajet se déroule sans soucis, pas de bouchons pas de soucis divers et variés que l’on pourrais rencontrer.

         Après 2 heures de route nous voilà arrivé à destination dans la banlieue Montpelliérain. Je descend ouvrir la porte à ma cliente et maintenant amie Laura. Je prend ces bagages dans le coffre et les lui porte jusqu’à chez elle. Elle me propose une boisson que j’accepte volontiers avant de repartir. Elle m’invite à m’assoir sur le canapé en attendant qu’elle m’amène le café. Après ces 3 heures et demies de route ça fait du bien de se poser un peu. Laura arrive avec le café, elle s’installe à côté de moi. Je vois donc ce café si gentiment offert. Elle ne dit rien, elle m’observe. Je suis un peu mal à l’aise car elle est magnifique et son regard ne me laisse pas indifférent mais il ne faut pas que je tarde à rentrer sur Lyon,

         Je crois qu’elle c’est aperçu de mon état. J’ai fini le café et reposer la tasse sur la table. Elle s’approche de mon visage, mon coeur bat à la chamade j’ai l’impression qu’il va sortir de ma poitrine. Elle s’approche doucement jusqu’à arriver à mon oreille et là elle me susurre « tout à l’heure n’était qu’un aperçu de ce que je suis capable, maintenant tu ne dis rien et te laisse faire. Obéis moi »

    Laura se lève et devant mon regard légèrement médusé elle commence à se déshabiller. Elle déboutonne petit à petit son chemisier jusqu’à ce que celui-ci laisse apparaître la poitrine que je n’ai qu’aperçu sur l’air d’autoroute. Une belle poitrine je dirais 95C avec des tétons qui pointent déjà énormément à travers le soutien gorge rouge et noir qu’elle porte encore. Elle continue son déshabillage en enlevant à son tour le soutien-gorge qui laisse apparaître totalement sa magnifique poitrine. 

    Ces mains descendent au niveau de sa jupe, jupe qui en un instant se retrouve sur ses chevilles. Elle enlève ses escarpins et fait voler la jupe à travers la pièce. Laura se retourne et se retrouve dos à moi. Elle se baisse tout en accompagnant son string à ses pieds, string qui rejoint la jupe.

    Elle me jette un regard tout en restant dos à moi. 

         D’un ton ferme elle me lance « maintenant déshabille toi et rassis toi » ce que je fait immédiat. Me voilà maintenant dans le plus simple appareil. Ma cliente s’approche de moi et toujours dos à moi viens s’assoir sur moi. Ma queue étant bien droite elle s’assoit légèrement au dessus la laissant s’appuyer contre son clitoris et son pubis. Elle attrape mes mains qu’elle pose sur sa poitrine et commence à se caresser avec. Je continue seul, mes mains caressent et malaxent cette poitrine si belle. Laura, elle, pose une de ses mains sur ma queue et entreprend de la frotter contre son clitoris. Je l’entend immédiatement commencer à gémir. Elle fait des mouvements de bassin pour accompagner ses mains et ma queue. Ses mouvements s’accélèrent puis ralentissent puis reprennent de plus belle. Ces gémissement suivent ses mouvements. Le mouvement s’accélère de plus en plus, je sens son corps qui se crispe de plus en plus, qui devient de plus en plus lourd jusqu’à ce moment qu’on attend tous. Laura s’arrête d’un coup, son corps devient tout détendu, je un liquide chaud couler sur mes cuisses. Oui j’en suis sûr Laura vient de se faire jouir comme ça. 

         Elle se laisse aller contre moi un moment pour reprendre ces esprits, je ne bouge pas. Je n’ose pas bouger.

    Elle ne met pas longtemps à reprendre les devants en se relevant puis en s’agenouillant devant moi, entre mes cuisses. Tout en attrapant mon membre de ces mains, elle se mit à le lécher en commençant d’abord par le gland avec lequel elle joue longuement. Moi je sens une chaleur m’envahir, je sens ma jouissance arriver tellement elle m’excite mais je me retiens. Sa langue parcourt maintenant toute ma queue, de haut en bas, elle la suce comme si c’était une glace. Ses mains accompagnent sa langue puis après un derniers allers retour en me fait entrer dans sa bouche. Elle me fait entrer au plus profond de sa bouche. Une fois m’avoir fait entrer jusqu’au bout je sens sa langue me lécher, j’adore et j’ai envie d’exploser mais je me retiens encore un peu. La voilà qui commence à la sucer, elle y met beaucoup d’énergie. Je sens ma queue qui se gonfle, et vue le regard qu’elle me lance je comprend qu’elle aussi. Elle accélère le mouvement, je n’en peu plus. Je n’en peu vraiment plus, je la préviens que je vais jouir, elle ne répond pas et accélère encore le mouvement jusqu’à mon explosion. 

    J’explose littéralement en elle, je sens des vagues de sperme s’écouler dans sa bouche. Je la rempli tellement que je me demande comment elle fait pour respirer. Elle serre ses lèvres autour de mon membre encore bien dur puis doucement le retire de sa bouche. Me voilà sorti d’elle, elle avale ma semence puis m’emmène avec elle à l’étage. Elle me dirige vers ce que je pense être sa chambre. Une pièce avec un lit en son centre, mon regard fait le tour de la pièce et je comprend vite que ce ne doit pas être sa chambre. En effet je vois sur un des mur des liens, sur un autre une vitrine avec à l’intérieur divers objets. Laura répond d’elle même à mes questions «c’est ma salle de jeux » puis elle va s’installer à 4 pattes sur son lit.

         La vue est magnifique. Laura à 4 pattes nue sur son lit, son joli petit cul bien relevé qui surplombe son minou luisant de jouissance. Je suis sorti de cette contemplation par une voix « viens t’occuper de ma chatte elle n’attend que ça » 

    Je m’approche donc, m’agenouille et commence par lui dévorer son cul bien écarté. Avec mes doigts je joue avec son clitoris qui est tellement gonflé qu’on dirait qu’il va exploser. Ma langue descend en direction de ce minou qui dégouline de plaisir au vue des taches sur les draps. Je la pénètre de ma langue, elle fait un sursaut puis ne bouge plus et gémis. Je m’active alternant sa chatte et son clitoris. Elle est de plus en plus humide, elle gémit de plus en plus. Puis sans que je m’y attende car aucuns signes ne l’avais annoncé, Laura joui encore. Un flou de cyprine jaillit de son intimité. Elle s’écroule sur son lit se retrouvant sur la ventre. « Vient me prendre maintenant, défonce moi par tout les trous et fait moi crier et jouir » me dit-elle. Je me met donc à califourchon sur elle, présente ma queue à l’entrée de son humide grotte et d’un coup sec la pénètre. J’entreprend de la baiser comme elle me l’a ordonné. Mes coups de reins sont puissants, je tape le plus profondément possible. Elle crie, elle m’encourage à y aller encore plus fort, ce que je fais. Je l’attrape par les hanche et la met à 4 pattes pour la prendre en levrette. Mon ventre tape contre son cul qui rougis, je remonte mes mains le long de son corps pour empoigner ses seins. Je tire une peu sur ses tétons, elle me demande de tirer plus fort dessus, de les pincer plus fort car elle adore cela. Je m’exécute tout en continuant ma pénétration. Puis d’un coup elle me stoppe, attrape mon membre, le présente à l’entrée de son cul. Je la laisse faire, profite du spectacle. Mon gland est contre l’entrée de son anus. Je n’ose pas le faire. Je ne bouge pas.

         Elle est à quatre pattes, je suis debout derrière elle. Mon gland est appuyé contre l’entrée de sa petit grosse. Il est trempé de jouissance féminine. C’est Laura qui mène les ébats depuis le début. D’un coup je me retrouve en elle. Oui Laura vient de se pénétrer d’un coup sec avec ma queue. Elle glisse cette dernière jusqu’au fond de son corps puis s’arrête. « Maintenant défonce moi jusqu’à ta jouissance et lâche la purée en moi » 

    D’abord un peu hésitant je me laisse vite aller et après quelques vas et viens plutôt en douceur, mais surtout après ces demandes répétées, j’intensifie mes coups de bite dans son cul. Je la défonce pendant un bon moments, son cul est bien ouvert, je ne ressens plus aucunes résistances. J’aperçois les draps trempé, Laura joui et ne s’arrête plus. Pour ma part je sens une chaleur m’envahir, je sens ma queue se gonfler, je sens mon jus qui parte de mes bourses et remonte jusqu’à mon gland. Je continue quelques vas et viens jusqu’à m’arrêter net et laisser sortir ce sperme qui n’attendais que cela. 

     

    À nouveau je rempli Laura. Mais cette fois-ci c’est son cul que je rempli. Je me retire et m’effondre sur le lit à ces côtés. Je suis essoufflé, ma partenaire l’est tout autant. Laura vient se blottir contre moi, je la prend donc dans mes bras. Nous reprenons nos esprit. Il est 13h, je devrais être reparti depuis longtemps. Elle me propose de manger avec elle ce que j’accepte. En préparant le repas elle m’explique que demain, samedi, elle a prévu une soirée avec un groupe d’amis et me demande si j’accepterais rester. Je n’ai rien prévue ce week-end donc je prévoyais de travailler au moins le samedi. Je lui propose de manger et lui explique je vais regarder mais que je pense que je pourrais accepter son invitation.

    aucun commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires